Dans les montagnes, à quelques mètres de la frontière birmane

Dans les montagnes, à quelques mètres de la frontière birmane

mars 17, 2019 6 Par Vingt100

C’est marrant cet endroit. Situé à l’extrémité nord ouest de la Thaïlande, le village s’appelle Ban Rak Thai. Il a été fondé par des Chinois du Kuomitang fuyant leurs compatriotes maoïstes en 1949. On est en Thaïlande mais on se croirait en Chine, les villages aux alentours sont majoritairement Karen, sans compter les Birmans qui passent dans le coin car on est à quelques mètres de la frontière (on a d’ailleurs passe 6 minutes et 14 secondes au Myanmar après une petite négociation avec les militaires de chaque côté 😁). Bref, il n’y a pas un thaï à l’horizon. C’est souvent un peu compliqué par ici quand tu ne connais pas…

Sinon, on l’avoue, depuis trois semaines, on a eu une petite (grosse ?) flemme d’écrire sur le blog. C’est pas qu’on a pas vécu des choses chouettes. Au contraire. Non, c’est juste la flemme;)

Pour résumer, on s’est passé un mois au Laos à l’ancienne, en mode moutard-routard.

Plus le voyage avançait, plus nous, parents, sentions que nos enfants étaient prêts pour un peu plus d’aventure et d’inconfort. Le Laos s’y prête bien. C’est clairement le pays le moins développé du coin et le plus rural, les routes sont souvent des pistes et pourries pour la majorité d’entre-elles. Si tu ne prends que des transports locaux et pas les minivans pour touristes, tu te retrouves souvent entassés dans des bus hors d’âge, à l’arrière de pick-up ou sur des barques assourdissantes.

On en a aussi profité pour inculquer les bases de la recherche d’hébergement à nos enfants. Capucine s’est découvert une passion pour trouver une guesthouse : visiter la chambre, tester le matelas, négocier le prix…

Les enfants ont aussi appris à dépasser parfois leur fatigue quand tu arrives dans un endroit après une grosse journée et qu’il faut encore que tu trouves où dormir.

Après avoir remonté le Mékong en barque pendant deux jours, on est passé en Thaïlande par Huay Xai. Petit choc sur la différence : mais qu’est-ce que c’est riche la Thaïlande et comme tout est plus facile !

On s’est écroulé quelques jours à Chiang Rai (ben oui, c’est bien beau de voyager à la roots en dormant dans des trucs sommaire mais ça fatigue quand même !). Puis on est allé passer quatre jours dans une tribu Akha. Une chouette expérience, notamment quand tu te découvres une passion pour abattre des bambous à la machette.

On s’est re-écroulé un peu à Chiang Mai (ben oui, on a continué à voyager « local » et puis on dormait vraiment à la dure chez les Akha donc on était à nouveau crevé :))

Puis, vu les tarifs des locations de voiture, on a pris une bagnole et on s’est lancé en road-trip dans la « boucle de Mae Hong Son » pour essayer de trouver la plus petite route possible… on est arrivé à des choses pas mal !

Un peu d’aventure, comme on aime, nuit solitaire sous une tente louée à des rangers dans la jungle au bord d’une cascade, participation au vote pour l’élection de Miss Grand Mae Hong Son (oui, oui, c’est un moment improbable…), visites de grottes belles voire sublimes sur des radeaux en bambous, cascades un peu à sec et randos dans des rizières brûlées par le soleil mais sur de jolis ponts en bambous (le bambou c’est la vie)…

Par contre manque de bol, on est en plein dans la burning season. Ce qui fait comme son nom l’indique, qu’on en prend plein la gueule des feux de forêt et qu’on vient de perdre dix ans d’espérance de vie (au moins). La ville de Chiang Mai est l’endroit (en ce moment) le plus pollué du monde… youpi !

https://lepetitjournal.com/bangkok/pollution-de-lair-chiang-mai-championne-du-monde-de-smog-252354

Ici, au fin fond de la montagne, c’est mieux, mais c‘est pas non plus le top. On languit de revoir le ciel (bleu, rouge, vert mais le ciel !).

Plein de bises de nous quatre !

PS : On mettra quelques photos plus tard mais c’est pas le top ici pour les envoyer….