Immersion à Ban Simoungkhoun, dans le Laos rural

Immersion à Ban Simoungkhoun, dans le Laos rural

février 20, 2019 6 Par Vingt100

Se retrouver dans un village paumé où l’on est les seuls touristes, c’est quand même ce que l’on aime le plus dans ce voyage. Et là, pendant trois jours, c’était parfait ! On a commencé à essayer d’écrire cet article à huit mains mais vu que l’on est les huit pieds autour du monde, on n’y est pas arrivé. Donc, on a laissé tomber et on vous fait un reportage photo !

Deux heures en bus local au départ de Luang Prabang. Comme dans beaucoup d’endroits du monde, il part quand il est plein. Mais il prend des passagers en route pour finir plus que plein 🙂 Sinon, pour se protéger du vent, rien ne vaut un bon casque de moto !

On avait rendez-vous au pont sur la Nam Nga, borne kilométrique 468. De là, il faut un quart d’heure de barque pour rejoindre le village où Noy nous accueille.

Arrivée au port….

Très vite, les enfants se font des copains avec les enfants du village (qui devraient être à l’école à ce moment-là…) Notre ballon gonflable n’aura en revanche pas résisté plus de cinq minutes…

Capucine a littéralement croulé sous les petites filles. Elle vous prépare un super article sur comment sont les écoles au Laos. On a une photo INCROYABLE d’une salle de classe avec une scène absolument surréaliste… Faudra que vous attendiez son article pour la voir !

Le ballon étant explosé, on a sorti notre petite balle. Les enfants ont réussi à la coincer au sommet d’un cocotier. Aucun soucis pour aller la chercher !

Parfois, il ne faut pas chercher à comprendre…

L’école n’étant pas vraiment au top (voir le futur article de Capucine… quel teasing!), Vincent s’improvise prof d’anglais

Oui, oui, cet enfant tient bien une grosse lame de couteau dans sa main

Et celui-là découpe du tamarin

On s’est aussi beaucoup promené dans les villages alentours avec Noy pour nous servir de guide. Au total, quatre villages et quatre ethnies différentes ! Ici, Khoke Nang de l’ethnie Lao Leu. On a appris ici à prendre une fleur de coton et à en faire du fil. Toutes les étapes vous seront décrits par Célestin dans un prochain article

Une salle de classe (oui, oui, en attendant l’article de Capucine 🙂

Quelqu’un qui ramasse des algues dans la rivière. Les algues sont ensuite mises à sécher puis grillées avec du sésame. C’est super bon !

En traversant un village Hmong, on a entendu un bruit de forge. On allait pas laisser passer l’occasion. Du vrai travail à l’ancienne. Comme à chaque fois qu’on croise un forgeron on lui achète un couteau, on va finir notre voyage surarmé ! On aurait plein de choses à raconter sur les Hmongs mais ce sera (peut-être) pour un prochain article…

Petit plaisir après avoir fini le couteau… il ne faut pas oublier que la région a longtemps été le temple de la production d’opium

Quelque part entre Vladivostok et Tamanrasset… dans un village Kamou

On a aussi fait une grande randonnée dans la jungle, on s’est baigné dans la rivière…

On a joué à Pékin Express pour repartir (ben oui, tu reviens sur un pont, faut bien que tu trouves un moyen de repartir). On était chaud patate, les filles contre les garçons. Mais -comme souvent en Asie- les choses se passent trop simplement et on a trouvé une bagnole en cinq minutes….

Actuellement, nous sommes à Muang Ngoi, charmant village…

Bises de nous quatre