Sud de Bali : esthétique et surtouristique…

Sud de Bali : esthétique et surtouristique…

septembre 29, 2018 4 Par Vingt100

Ah le sud de Bali ! Ses milliers de milliers de milliers de touristes, ses embouteillages à n’en plus finir, son absence de transport en commun, ses mafias de taxis, son hospitalité du moment que tu paies trois fois le prix… En arrivant de la jungle de Bornéo, forcément ça surprend.

On est resté quelques jours à Uluwatu tout au sud et quelques jours à Ubud, toujours dans le sud mais dans l’intérieur des terres.

Sur Uluwatu, on avait vraiment besoin de se reposer. Et c’est ce qu’on a fait : dormir, se baigner, faire l’école aussi. On en a profité pour préparer la suite du voyage aussi (c’est bien beau de partir à l’arrache mais à un moment faut quand même réfléchir cinq minutes…)

On a aussi compris qu’il fallait changer notre logiciel de voyage après le calme et la tranquilité de la Malaisie, la simplicité et la franchise de notre tribu Iban.

C’est que l’on n’est pas trop habitué aux surfers bodybuldés qui boivent de la bière et aux nanas qui prennent toutes des poses incroyablement idiotes pour leur Facebook ou leur Instagram…

Pourtant on avait choisi un endroit en dehors du gros tourisme de masse. Pfff, qu’est-ce que cela doit être là-bas 😲

Ensuite on est monté sur Ubud. Toujours plein de monde mais on était moins coincé qu’à Uluwatu.

Tous les travers du trop plein de tourisme sont quand même là. Et même si on ne le veut pas, ben vu qu’on est là, on y participe aussi à notre manière 😭

Résultat, pour éviter que l’on se demande au moins chacun une fois par jour ce que l’on est venu faire ici, on vient de reussir enfin à s’installer chez l’habitant dans un petit village. En quelques heures à peine, ouf, on respire déjà !

Sinon, malgré cela, beaucoup de choses sont d’un esthétisme incroyable. Tous les temples (Bali en compte plus de 11 000) avec des statues géniales, les paysages, les couleurs, la danse et la musique…

Les singes sont vraiment drôles ici et moins agressifs que les derniers avec qui on (en fait Vincent….) avait dû se battre pour sauver nos chaussettes.

C’est donc ce curieux sentiment mitigé de ne pas arriver à totalement apprécier la beauté de cette île qui nous a suivi pendant une semaine.

On vous laisse, on va jouer au foot avec les gamins du village. La vraie vie semble revenir 😊

Bises à tous

Normalement, j’ai mis des photos là-dessous… Moi je les vois pas mais je pense qu’elles y sont quand même 🙂